Dédicace #60 – Les habits neufs du Président Mao - Simon Leys

Nous remercions Denis, qui nous a envoyé cette jolie dédicace à l'occasion du concours que nous avons organisé avec notre partenaire lors de la Foire du Livre de Bruxelles 2020 .

J'ai été prof d'histoire, puis dans l'aide au développement des pays pauvres, mais j'étais et je suis resté passionné par l'analyse de nos sociétés.

 

Dans les années 60, lorsque j'étais lycéen et étudiant, la grande majorité des universitaires et des intellectuels en général, se mouvaient dans un consensus : d'un côté, une réprobation du nazisme et des fascismes, de l'autre une fascination ou, à tout le moins, une compréhension bienveillante des pays à systèmes marxistes-léninistes, qu'on les appellent socialistes ou communistes : toute analyse critique en était bannie. J'avais du mal à accepter intellectuellement cette vision idyllique de ces pays, mais de façon floue, non argumentée. "L'Archipel du Goulag" paru en 1973 jeta un éclairage violent sur les réalités de l'Union soviétique stalinienne par un travail titanesque de reconstitution historique. Mais Soljenitsyne était un Russe qui vivait ces réalités de l'intérieur. Simon Leys, avec " Les Habits neufs du Président Mao" paru en 1971, l'avait précédé en "déconstruisant", comme on dirait aujourd'hui, la Révolution culturelle chinoise et, à travers elle, le totalitarisme maoïste.

 

Pour moi, ce livre a été plus qu'un choc intellectuel. Ce jeune universitaire belge passionné de littérature chinoise avait réussi à analyser et à expliquer de façon convaincante la réalité de la Révolution culturelle au fur et à mesure de son évolution, à partir d'informations lacunaires et difficiles d'interprétation récupérées à Hong-Kong. Et ses analyses étaient justes. J'ai donc pour Leys la même admiration intellectuelle que pour Thucydide qui a écrit "La Guerre du Péloponnèse" année après année et qui en a fait "une acquisition pour toujours". Mais ce livre m'a aussi construit éthiquement, par l'exemple d'honnêteté et de rigueur morales et intellectuelles qui sont aux fondements de la méthode de Leys. Il a eu le courage de d'écrire la réalité malgré l'hostilité véhémente des maôlâtres qui dominaient l'espace intellectuel et médiatique européen. Il ne suffit pas d'étudier et de réfléchir, il faut avoir du caractère.

 

Lis ou relis ce livre, qui est une sorte d'arme contre la tentation que nous avons tous d'être d'accord avec ce que pense la majorité du groupe dont nous faisons partie. Il ne faut pas être critique pour le plaisir de dire le contraire de ce que dit l'autre, mais tu dois aiguiser ton propre regard sur les réalités en essayant d'en occulter aucune.