Dédicace #67 – Lettres à un jeune poète - Rainer Maria Rilke

Nous remercions Magali, qui nous a envoyé cette belle dédicace à l'occasion du concours que nous avons organisé avec notre partenaire lors de la Foire du Livre de Bruxelles 2020 .

J’étais une petite fille solitaire et je n’aimais pas lire.

A l’adolescence, plutôt sauvage, je n’écoutais pas la musique dont les jeunes de mon âge s’abreuvaient.

A vingt ans, étudiante, il advint logiquement que je continuai à rechercher la solitude et je trouvai la compagnie des livres.

Et pourtant ! Je peux dire aujourd’hui que c’est R.M. Rilke et ses Lettres à un jeune poète qui m’a fait comprendre que la forme précoce de misanthropie qui m’accablait n’était pas une tare ni une maladie selon les « braves gens » mais peut être une façon différente d’être sensible au monde.

 

Dans cet ouvrage épistolaire, Franz Kappus, 20 ans, serti des doutes et des incertitudes propres à son âge, envoie ses tentatives poétiques au grand et déjà renommé Rilke et lui demande comment exister, comment devenir.

Touché, sans doute, Rilke lui répond, dans un style très authentique, direct, et lui parle de sa vision (il n’a lui-même que 28 ans à l’époque) de la création artistique, poétique, de son rapport à la critique, de la solitude, de l’amour.

Durant 5 ans (de 1903 à 1908), les deux hommes qui jamais ne se rencontrèrent, se livrèrent ; l’un, ses questionnements, ses troubles, l’autre, sa vision sensible, franche, bienveillante.

Soudain, sur une page de l’édition des Cahiers Rouges, une phrase.

Cette phrase qui s’est imprimée dans mon esprit, m’a suivie. Partout. Tout le temps. Il fut une époque de ma vie de famille pendant laquelle elle se révéla même un radeau et m’empêcha de sombrer. Je ne dirais pas que j’ai construit ma vie autour de ces quelques mots mais pourquoi pas, après tout… ?

 

« Si votre quotidien vous parait triste, ne l’accusez pas ; accusez-vous vous-même de ne pas être assez poète pour appeler à vous ses richesses ».

 

Pas sûr qu’à l’âge auquel on en a assez de recevoir des conseils, pas sûr donc que j’aurais été touchée comme je le fus si je l’ouvrais maintenant.

Qu’importe. Le rôle de guide spirituel qu’endossait Rilke pour ce jeune homme s’est mû, à travers ces quelques mots en un mantra pour moi.