Dédicace #56 - Apprendre à vivre - Luc Ferry

Nous remercions Jawad, qui nous a envoyé cette magnifique dédicace à l'occasion du concours que nous avons organisé avec notre partenaire www.monquartierlibre.com lors de la Foire du Livre de Bruxelles 2020. Son texte a gagné le deuxième prix décerné par notre jury: Hervé Gérard, Président de la Foire du Livre de Bruxelles, Aude Lafait, autrice et animatrice d'ateliers d'écriture, Pedro Correa, artiste-photographe, François Andrieux, éditeur, Anne Casterman, traductrice, et Caroline Mierop, architecte et urbaniste, directrice de La Cambre jusqu'en 2017.   

Je suis Jawad. Natif d’une petite ville lointaine, isolée dans les coins du monde, au nord-est du Maroc, Berkane CP63300. Seul, à cet instant-ci, je continue de sombrer dans la folie de mes 33 ans d’inquiétudes, souhaitant qu’une lueur d’espoir illumine ma chambre noire. 

Elève, étudiant puis enseignant de français, je reste toujours à la recherche d’une jouissance, d’une vie réussie. Hélas! Quoique je dise, ma pérégrination reste inaboutie car elle ne m’a pas guidé droit à ‘’un ici-bas bien vivant’’. Cela fut un temps que je me cramponnais à l’avenir; je l’avais cru idéal.

 

Heureusement, dans ma tentative, je fis la rencontre de Luc Ferry, l’écrivain, je l’aperçus comme une étincelle dans notre souk hebdomadaire. Il était allongé sur le tapis en train de guetter un sauveur qui puisse lui changer d’endroit, car cet-endroit-ci ne correspondait aucunement à sa valeur.

 

Quel écrivain! Quel livre! Celui qui pénétra dans nos cœurs comme le soleil pénètre, de par les vitres, dans les chambres obscures pour les éclairer. Pour moi, le livre et son auteur ne sont qu’UN.

De son style subliminal et sans ambiguïté, l’auteur du livre, me proposa des solutions conséquentes à mes interrogations agaçantes. Il m’apprit qu’ ‘’Apprendre à vivre’’ est un champ qui fait partie de la philosophie humaine, de la Nature, composante essentielle du cosmos.

 

Dès lors, je prenais du temps à contempler les chants des oiseaux ; je les écoutais comme la musique de Mozart, je les trouvais adoucissants, telle la philosophie de Nietzche. Peut-être aurais-je bien compris qu’apprendre à vivre exige, une minute de plus, une contemplation approfondie, une chance, une connaissance de tout ce qui existe, une pensée positive qui fait que chacun assume véritablement sa responsabilité de subsistance lors de son existence.

Ce livre rare de Luc Ferry m’offrit vingt-six fleurs parfaitement rassemblées. Eblouissantes, passionnantes, elles me plongèrent, aussi vite, dans les océans parfumés de leurs pétales multicolores et que tout « œil vertueux » peut apercevoir avec plaisir ; sans s’en lasser. Un traité de philosophie, d’une beauté et simplicité hugoliennes, je vous invite à cueillir de son jardin quelques œillets violets ou rouges pour les sentir dans votre vie quotidienne, ils vous seront indubitablement un remède.